<link rel="stylesheet" href="/static/CACHE/css/9c98e18962e0.css" type="text/css" media="screen, projection">

Le projet du nouveau showroom londonien, un lieu de rencontre et de collaboration entre Marazzi et les architectes, en plein cœur de Clerkenwell

Le nouveau showroom, signé par Lorenzo Baldini et Antonio Pisano du bureau d'études Marcel Mauer, se développe sur trois étages, chacun avec sa propre application et vocation

Le projet du nouveau showroom londonien, un lieu de rencontre et de collaboration entre Marazzi et les architectes, en plein cœur de Clerkenwell

Créer un endroit unique qui pouvait être à la fois un lieu de collaboration avec les designers, une plateforme pour événements culturels et une énorme bibliothèque de matériaux. Le showroom londoniende Marazziveut remplir ces objectifs sous une forme crayonnée par les architectes Lorenzo Baldini et Antonio Pisano du bureau d'études Marcel Mauer, qui ont donné une application différente à chaque étage de la structure : les activités publiques au rez-de-chaussée pour accueillir et pour étonner, les espaces de travail au premier étage pour valoriser la lumière naturelle, et le sous-sol transformé en caveau.

L'entrée attire le regard et exprime une rupture. Un portail, une deuxième façade qui sert de coulisses de théâtre : les dalles en grès cérame s'enchevêtrent pour dessiner une composition forte qui communique précision, soin du détail, innovation. Le matériau céramique est en même temps premier plan et arrière plan, et l'installation n'est pas seulement une manière de montrer le produit, mais bel et bien une narration, l'occasion de raconter une histoire et de transmettre une suggestion.

Dès que vous franchissez ce deuxième seuil, vous arrivez dans la pièce principale, un espace accueillant qui puise son inspiration dans le théâtre antique, où des énormes marches se lèvent vers le plafond, contraignant le visiteur à regarder le matériel exposé, non seulement comme revêtement, mais aussi comme volume. Ces blocs surprenants sont majestueux et presque hors de mesure, tantôt à contempler tantôt à utiliser pour s'asseoir et assister à des présentations et démonstrations. Chaque degré est fabriqué avec un grès cérame différent : effet ciment, effet marbre et effet pierre, tous unis par les nuances de couleur, du plus foncé au plus clair, petite astuce pour unifier l'espace et en magnifier la verticalité. Le quatrième angle, quant à lui, est occupé par le volume cylindre de l'escalier, un grand tambour noir habillé de mosaïques tridimensionnelles.

Le premier étage devait servir d'espace de travail polyvalent, lumineux et fonctionnel, tout en restant fidèle à l'atmosphère industrielle de Clerkenwell. Les architectes ont alors supprimé toutes les divisions internes, de sorte à former un immense open-space, à mi-chemin entre l'atelier d'un artiste et le bureau d'un architecte. Une table gigantesque de 20 mètres serpente à cet endroit pour accueillir les professionnels qui peuvent y travailler en groupe ou en solo. Suspendues au-dessus de la table, des coupoles blanches définissent différents espaces de travail et garantissent le confort acoustique.

Le reste de la pièce reste fidèle à son aspect historique : le mur principal, en brique rouge apparente, devient le fond sur lequel présenter les moodboards de céramiques, à l'instar de grandes toiles d'artiste. Les amples surfaces vitrées entourées d'acier peuvent servir de surfaces de travail sur lesquelles déposer et admirer les dalles en grès rangées dans la bibliothèque sous-jacente.

Descendez et vous arrivez au sous-sol qui à la fois archivage, salle d'accueil et de consultation. D'où la décision de réaliser sur mesure un grand « mur bibliothèque » avec plus de 140 tiroirs montant jusqu'au plafond, en mesure de contenir tout le catalogue de produits. Avec ce simple geste, le reste de la pièce est inoccupé et peut ainsi accueillir les visiteurs.

 

Ph Paul Read

 

Pourraient vous intéresser aussi..