<link rel="stylesheet" href="/static/CACHE/css/786eacf86bb3.css" type="text/css" media="screen, projection">

People

Quand l'espace naît du renouvellement territorial

temps de lecture: 9 minutes

Quand l'espace naît du renouvellement territorial
Interview de
AMAA

AMAA

studio wok

studio wok

La pandémie a été le catalyseur d'une prise de conscience accrue de notre rapport à la maison et aux nouveaux liens que nous tissons avec notre environnement géographique et local. Nous avons interrogé deux jeunes agences italiennes d'architecture parmi les plus prometteuses, AMAA et studio wok, sur les questions majeures quant à la conception de l'espace habité.

Que signifie requalifier un bâtiment, comment se mettre en lien avec l'histoire du territoire, comment se positionner face aux nouvelles questions que nous impose la pandémie sur l'espace habité. Deux jeunes agences italiennes d'architecture parmi les plus prometteuses nous répondent : AMAA, lauréat du concours Young Italian Architects 2020, et studio wok, finaliste du prix Young Italian Architects, Biennale de Venise 2012.

Quelle place occupe le récit du territoire dans la conception/requalification d'une maison ?

studio wok (Marcello Bondavalli, Nicola Brenna, Carlo Alberto Tagliabue). Notre approche méthodologique et conceptuelle est artisanale. Pour le développement de nos travaux, nous analysons soigneusement les caractéristiques physiques du lieu du projet : le paysage, les matériaux qui définissent le territoire de référence, la lumière, l'atmosphère. L'un des volets essentiels de notre travail est l'étude des matériaux : à travers des échanges avec les artisans et les producteurs locaux, nous apprenons à en connaître les qualités, et, par l'échantillonnage, à découvrir leurs caractéristiques. Pour ce qui est du concept de requalification, notre recherche de durabilité environnementale ne s'inscrit pas uniquement dans l'utilisation de certains dispositifs techniques et d'installations : c'est avant tout un processus de conception et de construction qui prend en compte, en les intégrant, les aspects naturels et environnementaux propres à chaque lieu.

Nos plans d'architecture sont simples : l'espace habité est défini par des blocs ou du mobilier sur mesure qui jouent avec les matériaux et la lumière. Nous aimons travailler avec le bois, la pierre et les surfaces colorées. Nous utilisons souvent le grès cérame pour les revêtements muraux des salles de bains et jouons sur les couleurs et les textures tridimensionnelles.

La pandémie a exacerbé chez les consommateurs une sensibilisation à l'espace habité. Pensez-vous que cela entraînera des changements dans l'architecture ?

Cette période nous contraignant à vivre longtemps dans des espaces confinés, la qualité des lieux revêt désormais une importance jusqu'à présent sous-évaluée. Fondée sur un espace ouvert et de petites chambres, la maison contemporaine traverse une crise aiguë : des pièces réduites au minimum et des salons ouverts ne facilitent pas le travail ou l'organisation de la vie quotidienne familiale. Il est important à nos yeux de penser et de concevoir des espaces domestiques flexibles et adaptés à différentes fonctions tout au long de la journée.

Sur quoi repose votre analyse initiale lors de la conception/requalification d'une maison ou d'un immeuble existants ?

AMAA (Marcello Galiotto et Alessandra Rampazzo). L'architecture est le fruit d'un processus complexe, jamais égal à lui même ou linéaire, fondé sur la critique continue des options de conception et le rôle primordial de l'idée. La réalisation, tout aussi importante, recherche l'équilibre entre théorie, ordre et résultat.La théorie est la synthèse d'un ensemble préalable de modèles et de références. L'ordreen est sa traduction conceptuelle inscrite dans le contexte et le moment de la construction en assure la matérialité. Le vrai défi consiste à préserver l'essence de l'idée jusqu'au résultat.

Au fil des ans, nous nous sommes investis dans la récupération et la régénération d'anciens espaces industriels. Parmi eux, le projet de notre agence à Arzignano, près de Vicence, dans lequel une boîte indépendante cherche des relations avec les géométries et les matériaux existants : béton, acier, tôles ondulées et verre. Le résultat : une structure en forme de boîte sur deux niveau où toute chose se montre pour ce qu'elle est. En revanche, dans le cas de la restauration d'une barchesse historique(dépendance latérale d'une villa vénitienne) à Lonigo, près de Vicence la tension entre l'ancien et le nouveau se concrétisent dans un escalier pléonastique en béton, indépendant du plancher en bois et de la maçonnerie en pierre existants. La restauration du toit a reposé sur la récupération de matériaux réutilisés provenant de constructions similaires dans la région.

La pandémie a exacerbé chez les consommateurs une sensibilisation à l'espace habité. Pensez-vous que cela entraînera des changements dans l'architecture ?

Tout nous porte à croire que les conséquences de la crise du Covid disparaitront. L'histoire est cyclique et les grandes épidémies sont oubliées pour laisser place à une renaissance. Et aucun de ces événements tragiques n'a donné lieu à des changements notables dans la conception de l'espace architectural. Pour autant, le seuil pourrait absorber la mémoire historique et montrer les traces des changements sociaux. L'entrée est le lieu où laisser derrière soi ses soucis et ses angoisses pour vivre plus sereinement l'intérieur de la maison. Un moment qui se transforme en espace, où l'on retire ses chaussures et où l'on se lave les mains pour abandonner les impuretés. Un lieu où sont activées et désactivées les énergies.