<link rel="stylesheet" href="/static/CACHE/css/2351ff82ee70.css" type="text/css" media="screen, projection">

Du 27 novembre 2019 au 13 avril 2020, le MAXXI, Musée national des Arts du XXIᵉ siècle de Rome, expose Gio Ponti Aimer l'architecture

jeudi 28 novembre 2019

Du 27 novembre 2019 au 13 avril 2020, le MAXXI, Musée national des Arts du XXIᵉ siècle de Rome, expose Gio Ponti Aimer l'architecture

Dans la section « L'architecture est un cristal », deux compositions interprètent l'iconique carreau Triennale dessiné en 1960 pour Marazzi par Gio Ponti et par Alberto Rosselli.

Forme, corps et les 4 courbes de Triennale figés par les nouvelles photos d'Adrian Samson pour Marazzi


Triennale, le carreau quatre fois courbe inventé pour Marazzi par Gio Ponti et par Alberto Rosselli en 1960, est exposé au MAXXI, Musée national des Arts du XXIᵉ siècle de Rome, dans le cadre de la grande rétrospective qui, quarante ans après sa mort, rassemble le matériel d'archives, les modèles originaux, les photographies, les livres, les revues et les grands classiques du design de l'architecte Ponti.

Organisée par Maristella Casciato et Fulvio Irace en coopération avec Margherita Guccione, Salvatore Licitra, Francesca Zanella et réalisée en collaboration avec CSAC - Centre études et archive de la communication de l'Université de Parme et avec Gio Ponti Archives, l'exposition veut analyser et communiquer l'activité multiforme de Gio Ponti, à commencer par un récit illustrant sa recherche révolutionnaire sur l'architecture, « scénario et secours de notre vie ».

Dans la section « L'architecture est un cristal », les commissaires de l'expo ont choisi d'interpréter Triennale comme une forme d'art, génératrice d'autres formes, tout en respectant le concept de forme finie posé par Ponti. Les compositions, faites toutes deux avec Triennale en grès noir - la première en format 30x46,5 cm et la seconde en format 10x15,5 cm -, forment la toile de fond des croquis originaux de Gio Ponti. 

Triennale est aujourd'hui une forme iconique qui transcende surface et contexte. Le carreau s'applique à toutes les collections Marazzi, dans n'importe quelle palette ou texture, et il continue à fasciner architectes, designers et artistes.  Adrian Samson, le photographe de Londres qui a récemment fait un ouvrage sur Triennale, a déclaré : « Les couleurs et les fantaisies de ces carreaux iconiques m'ont littéralement séduit. J'avais l'impression de regarder des objets d'art. Nous ne voulions pas utiliser de matériau supplémentaire, mais seulement travailler leur forme, leur corps pour en exalter la sensualité. »

« GIO PONTI. Aimer l'’architecture » 
MAXXI. Musée national des Arts du XXIᵉ siècle, Rome 
27 novembre 2019 - 13 avril 2020