<link rel="stylesheet" href="/static/CACHE/css/a9f821c8cc3d.css" type="text/css" media="screen, projection">

Marazzi, 85 ans de Human Design, de design centré sur l'humain

jeudi 09 avril 2020

Marazzi, 85 ans de Human Design, de design centré sur l'humain

Il était une fois deux longues rangées de peupliers sur lesquelles, dit-on, fut construite une nouvelle usine.

« Une usine en carton », comme tout le monde l'appelait dans les années 30. Mais une usine capable, en s'appuyant sur les meilleures techniques de l'époque, de produire des tuiles, des briques et les premiers carreaux céramiques décorés à la main, sur des dessins originaux créés par l'artiste Venerio Martini pour Marazzi.

Ensuite, après la guerre, le premier agrandissement d'importance, les nouveaux fours, Gio Ponti et Alberto Rosselli concevant de nouveaux produits, puis, pendant les années de la reconstruction et du boom économique, l'ambition de créer de très beaux carreaux accessibles à tous.

Puis encore : les collaborations avec les grands couturiers, comme on les appelait alors, le brevet révolutionnaire de la monocuisson qui changea à jamais les délais et les méthodes de production de la céramique et qui reste à ce jour le processus de production le plus répandu au monde, les investissements à l'étranger, les grands photographes et le laboratoire d'expérimentation Il Crogiolo, le premier produit technique qui fit descendre la céramique dans les rues, dans les aéroports, sur la façades des immeubles, et enfin, les grandes dalles et le dernier brevet StepWise™, qui rend doux au toucher le grès cérame antidérapant.

La campagne publicitaire du 85e anniversaire de Marazzi remet au premier plan l'univers de la salle de bains, ce fief historique de la céramique, en deux lectures différentes, résidentiel et professionnel. Toutes deux sont conçues par l'agence d'architecture Alessandro Pasinelli Studio avec un mélange de collections Marazzi représentant la dernière génération de produits céramiques : de petits formats qui, grâce à des technologies industrielles exclusives, semblent faits à la main, des revêtements 3D de fine épaisseur, des dalles extra-larges en grès cérame reproduisant, à l'aide du numérique, les surfaces naturelles durables.

« Nous avons mis l'accent sur un espace ouvert, en instaurant un dialogue perceptif continu entre les valeurs d'intimité de l'habitat et les qualités de l'environnement », explique Alessandro Pasinelli, « en concevant des espaces idéaux très fluides, accueillants et, surtout, saturés de matière et profondément liés au paysage : c'est le cas de la Villa, où la salle de bain est un espace intime donnant sur le jardin, et du Spa, une architecture minimaliste et pure où le volume monolithique en grès Verde Aver s'inscrit parfaitement dans la continuité naturelle des bois environnants. »

 

La salle de bains de la maison

Dans cet espace intime, la chaleur du sol en Vero Rovere, en lames céramiques de 22,5x180 cm, se conjugue au charme de la pierre qui habille les murs : Magnifica Limestone Taupe, qui présente une surface structurée tridimensionnelle, ornée d'un motif Mikado cannelé effet bambou. Sur les murs, les nouvelles briquettes en grès cérame Crogiolo Lume au format inédit 6x24 cm, saturées d'émail et très brillantes, semblent avoir été fabriquées à la main. Les lavabos eux aussi sont entièrement réalisés en grès cérame : la base et la vasque sont en Grande Stone Look Granito Black et le plan vasque en Grande Marble Look Calacatta Vena Vecchia.

Dans la grande niche vitrée, l'espace douche est quant à lui est entièrement revêtu de Crogiolo Lume, dans la variante Musk. Sa composition et ses facettes comprennent une infinité de nuances de vert qui réfléchissent de façon naturelle le maquis arboré sur lequel donne l'espace, dans une relation directe et réciproque.

Les éléments du mobilier associent aspect contemporain et technicité à un caractère vintage : le miroir en laiton Darkly, conçu par Nick Ross pour Menu, le robinet de douche de la série Aboutwater de Fantini, conçu par le designer coréen Paik Sun Kim, la lampe bijou Biba Aplique, conçue par Lorenza Bozzoli pour Tato et le banc Bertoia, créé, avec d'autres meubles, pour Knoll dans les années 50 par le designer homonyme.

 

La salle de bains du spa

Une architecture épurée qui se déploie autour d'un volume monolithique entièrement revêtu des nouvelles dalles de grès cérame imitation marbre Grande Marble Look Verde Aver Lux, en continuité avec l'environnement naturel des bois que l'on aperçoit au-delà des grandes baies vitrées. Délimitant l'espace douche avec d'infinies nuances de couleurs, les briquettes imparfaites de Lume Crogiolo sont également vertes et brillantes : une structure « intime », à même d'apporter tout le confort à un petit espace au sein de l'espace.

Lumière naturelle et artificielle intégrées, nappes d'eau du spa, silence des lieux qui entourent cet espace de bien-être : tout trouve une pleine correspondance dans les revêtements de sol en Grande_Stone Look_Pietra di Vals au nouveau grand format 160x320 cm et des murs, profond et animés, en Mystone_Pietra di Vals_Mosaico Greige, utilisée ici dans un format de 30x60 cm.

Dans le spa, une jeune femme, vue de dos, vient nous rappeler la mesure d'une conception véritablement durable et holistique.

Quelques éléments de mobilier hors de l'ordinaire viennent ponctuer le paysage intérieur de ce confortable espace de bien-être : l'applique Circuit Wall de l'agence d'architecture new-yorkaise Apparatus, connue pour sa capacité à réinterpréter des éléments classiques dans une veine moderne, s'associe à la table d'appoint Jardim, une collection créée par le designer brésilien Jader Almeida pour l'entreprise Sollos. Faisant face à la piscine extérieure, une série de chaises longues, les célèbres Lounge Chair 43 conçues dans les années 1940 par Alvar Aalto pour Artek, complète le récit de ce lieu en pure harmonie avec les éléments et les rythmes de la nature.

Collections