<link rel="stylesheet" href="/static/CACHE/css/b432453ecd8a.css" type="text/css" media="screen, projection">

Sous le signe du bien-être

La sécurité dans les hôpitaux est une question de flux de personnes et marchandises, ainsi qu'une question de matériaux : antibactériens, hygiénisables et résistants à l'usure. Mais la sécurité est aussi un lieu où se sentir bien, comme à la maison. Nous en parlons avec le cabinet d'architecture Binini Partners, spécialiste dans la conception de structures hospitalières.

Sous le signe du bien-être

Aujourd'hui plus que jamais, en cette période de crise sanitaire pandémique, nous comprenons à quel point sont importants la conception des espaces et le choix des matériaux pour la salubrité des lieux et pour le bien-être général de tous ceux qui les vivent.

Aujourd'hui, par expérience plus ou moins directe, nous nous rendons compte de la complexité des aspects qui concernent un hôpital : du contrôle des flux des personnes à la sécurité, de l'aspect durable de sa gestion en général à la maintenance et à l'implémentation technologique. Le cabinet d'ingénierie et d'architecture Binini Partners, fondé en 1996 à Reggio Emilia, peut se targuer d'une très grande expérience dans la conception de structures hospitalières en Italie et à l'étranger. Son dernier projet est le nouveau IRCCS Galeazzi en construction dans l'ex-site de l'exposition universelle de Milan.

Les hôpitaux se classent parmi les structures enregistrant le plus haut taux d'affluence, avec des implications liées à la sécurité des individus.

« L'optimisation et la séparation rationnelle des accès, aussi bien de l'extérieur que de l'intérieur, sont des paramètres qui conditionnent l'étude planimétrique », répond l'architecte Cecilia Morini, associée de Binini Partners. « Une distribution optimale des parcours garantit rapidité, sécurité et hygiène. Il ne s'agit pas seulement de flux de personnes mais aussi de flux de matières.

Par exemple, le matériel sale et le matériel propre, depuis et vers les cabinets de consultation ou les services d'hospitalisation, suivent des parcours distincts, y compris au sein des équipements divers. »

 

La sécurité est aussi liée à l'hygiène des lieux et, par conséquent, au choix des matériaux. « Ils doivent respecter des critères de salubrité. Par exemple, ils ne doivent pas être émissifs, ils doivent être éco-responsables et avoir des caractéristiques antibactériennes pour simplifier l'hygiénisation.

Le choix varie selon les zones : plus résistants pour les zones très fréquentées ; plus stérilisables pour les unités de soins intensifs ou pour les blocs opératoires, où les revêtements forment un tout continu entre mur et sol pour éviter toute stagnation de saletés ou poussières.

En général, les céramiques sont davantage utilisées dans les endroits comme halls, couloirs ou unités d'hospitalisation, alors que les résines et les matières plastiques le sont dans les zones stériles. Le grès cérame, y compris avec des propriétés antibactériennes, convient très bien aux salles d'attente, aux salles communes et aux unités d'hospitalisation. »

 

Le nouveau projet pour les zones communes de l'IRCCS Galeazzi comprend une utilisation inédite de la lumière naturelle, un espace vitré et ouvert sur l'extérieur avec une ambiance plus chaleureuse et plus accueillante, très différente de l'image que nous avons ordinairement des salles d'attente dans les hôpitaux.

« Nous avons accordé une grande attention au thème de l'humanisation et à celui du confort intérieur des espaces, en composant des zones de séjour confortables et en misant sur des couleurs plus chaudes et sur des matériaux avec des textures qui transportent les patients et les visiteurs vers des lieux plus domestiques. Cet aspect est aussi utile à des fins thérapeutiques. C'est aussi le but poursuivi par l'implémentation technologique des bâtiments : des technologies d'avant-garde seront installées dans le Galeazzi pour gérer l'entrée de la lumière naturelle, pour l'équilibrer avec l'éclairage artificiel et pour contrôler la climatisation. Pas seulement à un niveau centralisé, mais aussi dans chaque chambre d'hospitalisation et dans chaque poste de travail du personnel.

La digitalisation sera prochainement utilisée pour gérer l'affluence des hôpitaux : apps pour smartphone ou dispositif qui permettent aux visiteurs et patients de rejoindre au plus vite les différentes zones, qui réduisent les temps d'attente et d'arrêt ou qui favorisent la téléassistance à domicile. »

 

BIO

Binini Partners est un cabinet d'architectes et d'ingénieurs associés, situé à Reggio Emilia. Fondé par l'ingénieur Tiziano Binini en 1996, il est ensuite transformé en 2009 en société axée sur toutes les activités pratiques du groupe, et en Binini Associati, l'agence professionnelle dédiée à la formation et à l'organisation des professionnels. Le cabinet compte aujourd'hui 35 professionnels et 15 partenaires, dont l'architecte Cecilia Morini. Son portefeuille inclut d'importants projets dans le secteur hospitalier dont, parmi les plus récents, l'IRCCS Galeazzi de Milan, le nouveau Gemelli de Rome, MIRE- Centre de maternité et de pédiatrie à Reggio Emilia, le CORE - Centre d'oncologie de Reggio Emilia, le nouvel hôpital Careggi de Florence, ainsi que des ouvrages d'urbanisme et d'ingénierie dont, parmi les plus récents, le système du réseau des voies navigables du Pô, le port San Teodoro (Olbia-Tempio, Sardaigne) et l'écluse de navigation de l'île Serafini à Monticelli d’Ongina (Plaisance).

Pourraient vous intéresser aussi..

Collection d'appartenance